Les premiers pas de la ferme de Cabille

De Sophie à Barinque (64)

 Voilà deux mois et demi que mon activité a réellement commencé, le 25 novembre, avec l’arrivée des premiers poulets. Depuis, les choses se sont enchainées, l’arrivée de la deuxième puis troisième bande et bien sur, l’arrivée des 200 pondeuses il y maintenant 15 jours. Les poulets sont installés dans des cabanes en bois, conçues pour être mobiles (on va d’ailleurs bientôt voir si le concept fonctionne). Ils sont parqués avec des filets électriques mobiles aussi.

 J’ai déjà abattu et commercialisé ma première bande de poulets en grande partie grâce au bouche à oreille et plus récemment par l’AMAP      de Las Branas à Pau. Pour l’instant la commercialisation se passe plutôt bien, j’ai même un peu augmenté le nombre de la dernière bande de poulets qui compte donc 140 individus, et pris une dizaine de pintades. Je vais chercher les poulets démarrés chez un copain, producteur de poulets et d’œufs en bio aussi, dans le Gers.

Les poulets sont des cous nus, comme à peu prêt tous les producteurs de poulets.

Les poules, elles, sont installées dans une partie de la grange que nous avons aménagé. Pour l’instant, elles ne sortent pas encore le temps qu’elles s’habituent à pondre dans les pondoirs et pas partout par terre. C’était pas gagné au début, mais les œufs propres récoltés dans les pondoirs sont jour après jour, plus nombreux. Concernant la commercialisation des œufs, c’est essentiellement par le biais des AMAP ( Bizanos, Pau Le Grand Cèdre et Serres-Castet).


 Les pondeuses sont de race Lohman. C’est une race spécialisée dans la ponte. J’aurais aimé testé une race rustique comme la Gasconne ou la Noire de L’Île mais je n’en ai pas trouvé en prêtes à pondre en bio.

La période de froid et surtout de gel a quelque peu compliqué les choses. Moi qui croyais mes canalisations bien protégées, et bien j’ai fait comme tout le  monde, rempli et porté des seaux, des bidons et des arrosoirs. Et c’est là que l’on se rend compte qu’une poule, ça boit… même par 0 ° !

Les prochaines étapes sont : l’optimisation de l’organisation, l’aménagement d’une vrai salle de vente, et la préparation de « De Ferme en Ferme » fin avril…

Plantations d’hiver pour Virgile à Tanaïs

Virgile a nettoyé les 4 tunnels présents sur le site de Tanaïs (Blanquefort, 33) et fait passé le girobroyeur sur le plein-champ. Il s’est installé un abri pour les semis et du stockage sur une partie d’un tunnel. Il dispose égalementd’un entrepôt,  à une centaine de mètres des cultures. Les cultures en place sont les salades, blettes, mâche, une planche de carotte et de radis. Il y a également en prévision betteraves, choux raves, navets, et 300 m2 de pomme de terre primeurs.

Virgile a démarré en décembre des livraisons de paniers de légumes auprès de consommateurs de Pessac et Gradignan. Il démarre en juin avec un groupe qui s’organise en Amap ® (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) sur St-Aubin avec une dizaine de foyers.